Histoire en cinq dates de la journée internationale des femmes

Beaucoup de personnalités qui prennent la parole à l’occasion de la journée du 8 mars rattachent implicitement ou explicitement cette manifestation à la Charte des Nations unies pour les droits de l’homme adoptée en 1945. Il y a aussi plusieurs mythes qui circulent et déforment la vérité sur la véritable histoire de cette grande cause depuis que le monde entier la revendique.

Mais la Journée internationale des femmes s’est forgée dans le contexte des luttes sociales qui ont secoué l’entame du siècle dernier. Il s’agissait alors de revendiquer de meilleures conditions de travail, en plus du droit de vote mis en avant par les suffragettes qui agitaient la vie politique aux Etats-Unis. Voici les huit grandes dates qui ont consolidé l’empreinte de cette journée dans la conscience collective de l’humanité.

1910

L’origine de cette journée a véritablement pris forme en août 1910, à la deuxième Conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague (Danemark). Ce fut une initiative de Clara Zetkin, une militante allemande. Elle avait pour but la mobilisation des femmes prolétaires pour contrecarrer l’influence des groupes féministes jugés proches des intérêts bourgeois de l’époque. Cette conférence avait regroupé une centaine de femmes originaires de 17 pays différents. Cette rencontre constitue l’acte fondateur de la lutte pour l’égalité des droits entre hommes et femmes

Clara Zetkin est la première à émettre l’idée d’une Journée internationale des femmes.
Photo: DR

 

1913

Pour la première fois la « Journée internationale des ouvrières » fut célébrée en Russie, dans le cadre du mouvement pacifiste qui émergeait à la veille de la Première Guerre mondiale. Les femmes russes ont manifesté le dernier dimanche de février 1913. Elles ont été imité par d’autres européennes le 8 mars pour protester contre la guerre et se montrer solidaires des autres femmes dans le monde subissant des injustices.

1917

Des manifestations d’ouvrières travaillant pour le secteur textile ont eu lieu à Petrograd (Saint-Pétersbourg) le 8 mars 1917 pour réclamer du pain et le retour de leurs maris partis faire la guerre. Elles réclamaient en définitive l’instauration de la République. Cette journée fut alors considérée par les meneurs de la Révolution comme le point de départ du mouvement révolutionnaire qui allait emporter le tsar Nicolas II.

La dirigeante de ce mouvement féminin, Alexandra Kollontaï, fut nommée ministre dans le gouvernement provisoire. Une première dans l’histoire moderne. Le droit de vote fut accordé aux femmes russes cette année-là. Pendant des décennies, les pays socialistes sera l’occasion pour les leaders politiques de mobiliser les femmes.

Alexandra Kollontaï a su imposer sa vision de la « femme nouvelle » au programme des révolutionnaires russes.
Photo: RIA Novosti / Topfoto

 

1977

L’Assemblée générale des Nations unies officialise la « Journée internationale de la femme ». Elle invite chaque pays à consacrer une journée aux droits des femmes en créant des conditions favorables à l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes. Une résolution est publiée à cette occasion (32/142). Elle recommande une pleine participation, sur un pied d’égalité, au développement de la société.

Cette décision est prise dans le prolongement de la proclamation, par l’Assemblée, de l’Année internationale de la femme (1975) et de la Décennie des Nations Unies pour la femme (1976-1985).

1995

Une conférence mondiale sur les femmes est organisée à Beijing (Chine), avec la participation de 189 pays. Elle adopte un programme d’action de portée historique stipulant le plein exercice des libertés par toutes les femmes du monde. Les pays signataires s’engagent à garantir aux femmes le droit à l’éducation, la participation à la prise de décision et le droit de recevoir un salaire égal pour un travail égal.

Cependant les femmes n’ont pas attendu l’ONU pour réclamer de véritables mesures visant l’égalité. Aujourd’hui encore, la question est au cœur des préoccupations des Nations unies.

Mouna Tala

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*